Depuis 10 ans, je travaille à réduire mes déchets.

La plus grande parties des déchets est INVISIBLE, 
sous forme de MICROPLASTIQUES et MOLECULES TOXIQUES disséminés partout.


SACS :
J'utilise un sac à pain et des sacs en tissu et plastiques recyclés réutilisables pour mes courses.
Je vais chez le boucher et le poissonnier avec des boites en verre.


J'achète mes fruits et légumes en vrac, et ramène mes sacs papiers réutilisables.
Il suffit de s'organiser pour ses courses et de toujours avoir dans sa voiture un sac contenant tous les autres sacs et boites vides.

 

JETABLES :
Je tente de tous les remplacer par des durables. J'ai une tasse à mon travail, une dans ma voiture et une autre dans mon sac.

PLASTIC-TAC-TIC-TAC :
Moins d'un quart a été brûlé ou recyclé (9% seulement),le reste est encore là.
Soit 6,3 milliards de tonnes de déchets, presque une tonne par humain.

LINGETTES & Co :
Je les bannies. Elles bouchent les égouts et les stations d'épuration. Les industriels ne paient pas le coup de leur impact sur le traitement des eaux, car elles se retrouvent dans les toilettes, les égouts, la mer et la nature en général. J'utilise des gants de toilettes tout simplement. J'ai aussi ressorti les mouchoirs en tissu de mon grand-père. Et j'ai au cas où un mini paquet de lingettes biodégradables dont je ne me sert pratiquement pas.

AUTRES PLASTIQUES :
J'essaie déjà de réduire leur achat. Je les recycle.

      

PERIODIQUES :      
Depuis 5 ans je ne produis plus aucun déchet menstruel,
J'utilise des serviettes hygiéniques lavables à 30°C en coton bio et chanvre.
J'en ai 4 pour 4 nuits, une grande, deux moyennes et une petite.
 Le jour j'utilise une coupelle menstruelle en silicone fabriquée en France.

Le plus confortable est de la mettre/l'enlever sous la douche. J'arrive très bien à la rincer dans les toilettes publiques. Il suffit de se laver les mains avant, de la vider dans les toilettes, la rincer, se laver les mains et la remettre. Une habitude, largement récompensée par la fierté de ne plus générer de déchet, et la sensation de liberté que permet la coupelle, qu'on ne sent pas. Son avantage étant que l'on peut la garder suffisamment longtemps pour ne pas avoir à la changer dans les lieux publiques. Je la vide deux fois par jour si je peux mais si je ne peux pas, j'attends de rentrer chez moi. Physiologiquement, il est préférable de ne pas empêcher l'écoulement et l'évacuation des menstruations. Aussi, j'utilise la coupelle lors d'activités sportives/professionnelles et je porte des serviettes lavables autant que possible et la nuit et quand je suis chez moi.