Consommer les produits du terroir à leur saison, c'est bon pour l'emploi, c'est bon pour l'environnement, c'est bon pour nous.

 
 Dossier du canard enchaîné mai 2018 : malbouffe le dico.

1 - CONSOMMER MOINS ET MIEUX :

Budget alimentaire 250€/personne/mois (environ 100€/semaine pour 2). Largement augmenté car il était trop faible avec des produits de mauvaise qualité toujours moins chers. Les prix baissent parce que les technologies développent des qualités gustatives artificielles pour des qualités nutritionnelles et éthiques largement dégradées, pour déplacer en fait le revenu des producteurs vers des intermédiaires actionnaires. Je refuse d'enrichir les bénéficiaires de cette supercherie et donne mon argent aux vrais producteurs qui malheureusement ont été largement décimés par le système productiviste.

Je ne mange de la viande qu'une ou deux fois par semaine. Je cherche des recettes végétariennes et des manières variées d'accommoder les légumes, féculents et fruits de SAISON avec des épices, d'aromates et de condiments très bons pour la santé. 

VIANDE :  Colis des petits producteurs. Les animaux sont respectés et bien traités. Certains produisent leur fourrage et céréales, fermes en polyculture biologique et élevage (comme avant quoi...). En direct au consommateur les prix sont très intéressants, ex : Porc : 11€/kg , Agneaux : 13€/kg, Veau : 15€/kg. C'est pas compliqué, je passe commande et ils m'appellent pour la livraison du colis.

OEUFS :         Plein air.

POISSON : 1-Manger moins de poisson (une fois/semaine et fruits de mer une fois/mois). 

2-Boycotter systématiquement les jeunes poissons : pas les petites espèces mais jeunes/petits poissons qui n'ont même pas le temps de se reproduire pour assurer un renouvellement du live stock comme ils le nomme!

3-Boycotter les poissons de chalut et s'en tenir exclusivement aux poissons d'élevage et pêchés à la ligne.

 

2 - BANNIR LES PRODUITS NEFASTES :

Je n'achète pas les produits néfastes, qui détruisent la planète. Ceux qui contiennent :

  • de l'huile de palme

  • des métaux lourds (aluminium)

  • beaucoup d'ingrédients (additifs, exhausteurs de goûts, conservateurs etc.)

  • trop d'emballages (je préfère du conventionnel local non emballé au bio sous plastique importé).

3 - CONSOMMER SAISONNIER :

Je mange des oranges en hiver, des pêches, brunion, melons en été. Pas de tomates ou de fraise en hiver. Plutôt des choux, endives, pommes de terre. Des fruits exotiques de temps en temps mais avec parcimonie, je les déguste.

4 - CONSOMMER LOCAL :

J'essaie d'acheter local au maximum. Je m'organise pour ne pas devoir faire les courses trop souvent. Je pense à aller sur ma route au moulin chercher l'huile d'olive, à la ferme les fromages de chèvre, à la miellerie ou au marché le miel. Quand je vais dans les alpes je prends au passage de la viande et du fromage à la ferme pour plusieurs semaines. Je prends des fruits et jus de fruits aux producteurs.

5 - CONSOMMER EXTENSIF :

Je n'achète pas de provenances d'élevages et cultures intensives, qui même bio ont des impacts destructeurs à long terme sur les sols, les sources d'eau et les ressources en général.
Donc je privilégie les petites productions, petits élevages, pour favoriser une inversion de la tendance à la monoculture et aux gigantismes des cultures et élevages non durables.

6 - CONSOMMER BIO ou RAISONNE :

          

Bio : oui mais à condition que ce soit local et NON-INTENSIF (soit EXTENSIF). Il vaut mieux consommer local conventionnel que Bio intensif du bout du monde, car même si la nourriture bio contient moins de pesticides, au final l'impact écologique ne sera pas meilleur si elle est produite de manière intensive et voyage.